Afin que rien ne change

Publié le par David

On le savait, Renaud Cerqueux est un homme aux multiples talents.
Musicien, déjà (de rock (forcément, il est brestois)). Scénariste de BD, aussi. Et mâtin, quels albums ! L’inénarrable « Dérapages », et le non moins truculent « Syndrome de Warhol », avec l' excellent David Cren au dessin (ouvrages qui font naturellement partie du fond indispensable de toute librairie qui se respecte (venez donc, j'en ai)). Traducteur, également. Auteur d'un recueil de nouvelles (fraîches et décalées) sorti en 2016 aux éditions Le Dilettante.

Et voici que paraît « Afin que rien ne change » , au Dilettante, encore.

L’histoire d'un enlèvement et d'une séquestration : Emmanuel Wynne, milliardaire (pas méchant, un chouïa décadent, peut-être , mais bon, il est milliardaire, il ne fait pas vraiment exprès ) se retrouve isolé, enchaîné dans une pièce froide et crasseuse. Sans demande de rançon, d'ailleurs. C'est une expérience, en quelque sorte. Une forme d'apprentissage rapide autour de la notion de Travail, et il va falloir mouiller la chemise...

Huis-clos grinçant, caustique, jubilatoire, plein de révolte et parsemé pile ce qu'il faut de cynisme.
Bref, un cocktail sacrément réussi pour un premier roman !

 

Commenter cet article