Crimes et jeans slims

Publié le par lsabelle

Adélaïde Manchec, Adé pour les intimes, a quinze ans. Pour échapper à la cruauté d'une bande de filles du lycée qui ne supportent pas les premières de la classe, celles qui écoutent les profs sans montrer d'ennui et qui ne s'habillent pas selon leurs critères branchés, elle décide de faire partie de la bande des "pouffes". Grâce à la complicité de sa grand-mère, elle complète petit à petit la panoplie de la "parfaite pétasse". Tous les matins, Adélaïde passe se changer chez son aïeule, qui habite tout près (c'est drôlement pratique !) et se déguise en Adé, "la reine des Pouffes", la pire de toutes !

Tout se passe plutôt bien jusqu'au jour où un tueur en série commence à sévir sur la ville. Dénonçant les moeurs dépravées de certaines adolescentes, il élimine une à une les « amies » pouffes d'Adé. Cette dernière, aidée par son petit frère et un camarade de classe plutôt mignon, commence alors à mener sa propre enquête. Son tour d'être la cible de ce détraqué approche...finalement, le tueur ne sait pas qu'elle est une fausse pouffe !

Un thriller très drôle, au ton décalé...à lire dès 13 ans. 

crimes-jeans-slim.jpg

Luc Blanvillain - Crimes et jeans slims - Livre de Poche Jeunesse - 5.90 €

L'ajouter à votre panier ? Cliquez ici ou sur la couverture.

Publié dans Jeunesse

Commenter cet article

Jeans 11/03/2011 11:21


Si le string dépasse de 10cm c'est une vraie pouffe ! C'est intéressant comme bouquin pour apprendre aux enfants de ne pas suivre bêtement le mode de la TV et des magazines.


LINTANF Christine 09/11/2010 11:00


Présenter ce livre à des classes d'ados réserve parfois quelques surprises. Je me gaussais en lançant des regards complices à ma collègue de français. Bon, d'accord, j'avais un peu forcé le trait
sur "pétasse" et "pouffe", décortiqué les comportements de groupe des ados - surtout filles-, lu un extrait plutôt savoureux, mais je ne m'attendais pas à voir autant de visages rougir, blémir,
rire jaune, et sortir du CDI avec des airs hiératiques de princesses outragées...Pas toutes, certes, juste celles qui se sentaient directement concernées par les descriptions... En fait, ce sont
les garçons qui se sont rués sur l'objet en question à la fin de l'heure !