Journal d'un corps

Publié le par Emmanuelle

Le corps. Voici un sujet original et inattendu dont s’empare malicieusement Daniel Pennac. De 13 à 87 ans, un homme tient sans état d’âme le journal de sa ‘carcasse’. De l’adolescent qui veut devenir consistant au vieillard agonisant, on savoure ses mutations les cinq sens en éveil , évidemment !
Qu’il défèque, urine, éternue ou se gratte, ce narrateur anonyme (né en 1924) se refuse à tenir un journal intime. Qu’il saigne, crie (à la place du blessé !), pète, frissonne ou déglutisse, caresse ou jouisse, son corps a cela d’universel qu’il est source de plaisirs comme de désagréments. Son journal, impudique, sans tabou, se lit aussi avec bonheur comme un recueil d’aphorismes.
Jusqu’à sa mort en 2010, il manie toujours la plume avec humour, car
‘quand on a tenu toute sa vie durant le journal de son corps, une agonie ça ne se refuse pas!’.Aussi, si vous avez raté une étape, si vous cherchez un conseil ou un sourire, reportez-vous à l’incontournable index de ce pseudo et si singulier dictionnaire médical.
Touchant et drôle, ce
Journal d’un corps l’est assurément. Une version au féminin serait appréciée (notamment par le diariste lui-même), qui tente l’aventure ?

journal-d-un-corps.jpg
Daniel Pennac - Journal d'un corps - Gallimard - 22€

 
L'ajouter à votre panier ? Cliquer ici ou sur la couverture !

Commenter cet article

Little.T 11/10/2012

Pennac, il m'avait beaucoup plus, au début, avec la saga Malaussène, puis il en fait trop, après les trois premiers, le reste était loupé. (je pense). Et puis il y a eu un essai "comme un roman",
où il propose au lecteur une série des droits imprescriptibles qui lui sont dus. Une d'elles est la possibilité de ne pas finir un bouquin, de suite je me suis approprié ce droit ^^Mais là ça fait
envie, peut etre serai je réconcilié avec D.P
Little.T