Tortuga

Publié le par Tiffany

1685. La piraterie s’essouffle.

Le roi de France Louis XIV fait la paix avec l’Espagne, et désormais les flibustiers en partance de l’île de la Tortue ne sont plus les bienvenus.

Humiliés puis livrés à eux-mêmes, les pirates n’ont pas d’autres choix que de sauver leur honneur en exhibant aux yeux de la France et de l’Espagne leur sauvagerie et leur colère.

C’est dans ce contexte que Rogério de Campos, un jésuite portugais, est fait prisonnier sur le Neptune. Contraint de jouer les maîtres d’équipage pour le capitaine Lorencillo, il attend de passer sous les ordres du Chevalier de Grammont, réputé pour sa cruauté et sa folie meurtrière.

Horrifié par les codes barbares de ces Frères de la Côte, puis fasciné par leur détermination, Rogério va découvrir une société où les hommes sont devenus des fauves incontrôlables.

Pillages, tortures, mutilations, trahisons, séquestrations, viols, ce cocktail de l’enfer ravira les plus téméraires ! Avec en bonus, une romance impossible, ce n’est plus de la littérature, c’est de l’aventure !

Alors qu’attendez-vous pour passer à l’abordage ?

Tortuga
 

Valerio Evangelisti - Tortuga - Ed. Rivages - 24.50€
Traduit de l'italien par Sophie Bajard

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Gardelune 22/08/2011 12:07


Avant toute chose, je voudrai préciser que je suis un « vieux » fan de Valerio Evangelisti, marqué au fer rouge par le Grand Inquisiteur Eymerich, père dominicain intransigeant, cruel mais aussi
grand navigateur extratemporel. Eymerich ne m’ayant pas arraché la langue, j’en profite donc pour m’exprimer.
Lors de la découverte de Tortuga, c’est avec curiosité que j’ai lu ce roman de Piraterie car fortement porté par le récit génial du Déchronologue de Beauverger, le sang, la crasse et le fracas des
abordages, j’adore. Sur ce point Tortuga ne m’a pas déçu. Mais je n’ai pas accueilli le jésuite Rogério de Campos avec le même engouement. En effet, j’ai fait le parallèle avec Eymerich, dans la
façon dont ces deux hommes d’église se retrouvent témoins, victimes et acteurs de l’humanité qui les entourent. Pourquoi, faut-il que le témoin d’Evangelisti soit encore un homme d’église ? Je ne
connais pas la biographie d’Evangelisti mais y aurait-il une explication, qui fasse répétition et fixation …